POURQUOI VOULOIR COUPER TA FAIM?

LES PILULES ou produits pour soi-disant COUPER LA FAIM !

OMG !!! Je vois de plus en plus passer ce genre de publicité et je suis «estomaquée» de lire que des gens croient encore à ça.

On ne veut pas «couper notre faim» on veut «manger à notre faim».

Où est la logique de vouloir couper la faim quand le corps réclâme «son gaz»?

… Si tu as faim… que tu «coupes» ta faim avec une pilule et 8 verres d’eau (glouglou), ton cerveau n’aura pas la même satisfaction que si tu avais mangé un bon steak là !

Donc le résultat après pas long, genre 1 semaine ou 2, tu vas abandonner car :

1- ça coûte cher ces pilules là.

2- T’auras pu d’énergie.

3- Tu vas «scrapper» ton métabolisme qui va se mettre au ralenti et en mode famine pour te réclamer full sucre après, donc tu auras des troubles de santé.

4- Ce sera un éternel recommencement!

Youhou ! Arranges-toi pour que dans ton frigo tu aies les bonnes munitions pour MANGER QUAND T’AS FAIM !

Et bonne nouvelle, y’a tout ce qu’il te faut à l’épicerie et avec 50$ (prix des pilules) tu te fais quand même 10 bons repas avec Enfaim 🙂

fin de la discussion 😉

pu rien à ajouter

me semble «gros bon sens»

p.s: Nous membres de ENFAIM ma méthode, on le sait ça !!! Mais je voulais t’aider si tu crois encore aux miracles des pilules.

p.s.s : J’étais comme toi avant, je cherchais la solution rapide et miracle, y’en a pas! J’ai compris 2 principes de base avec cette belle méthode et aujourd’hui je suis en mesure d’admettre que j’étais dans le champ.

Caro…Line xx

ENFAIM, j’ai trouvé!

Mon histoire est sûrement semblable à celle de plusieurs et j’ai pensé vous la partager si elle peut vous motiver à trouver LA différence de cette fois-ci .

Depuis l’âge de 15 ans, je suis des régimes à répétition et je joue au yo-yo. La majorité de ces régimes ont fonctionné, c’est moi qui avait un problème et je savais qu’il se situait entre les deux oreilles.
Ma bête noire était «après le souper» où je commençais à relaxer et que l’idée de manger quelque chose me trottait sans arrêt dans la tête. Je serrais les dents car je n’avais plus rien que je pouvais manger, plus rien en tout cas sur ma liste ou plus de petits carreaux à noircir. Tout ce que j’avais «le droit» de manger avait été écoulé dans ma journée ou dans ma semaine.
Les idées noires commençait, les dents de plus en plus serrées jusqu’à ce qu’un grand connaisseur vienne me dire que je n’avais qu’à manger du céleri… Ha bin là, c’est lui que j’aurais mangé et de là, la dégringolade commençait : je mange un non-permis, je culpabilise, j’ai l’impression que je viens de tout gâcher, je m’haïs pour cet écart et le manège vient de repartir dans l’autre sens.

Ça m’aura prit 40 ans pour en arriver ENFAIM à me cromprendre et à trouver ma solution. Lorsqu’arrive le moment où je veux relaxer avec un p’tit quelque chose à manger après le souper, je peux maintenant le faire. Il suffisait de comprendre les principes et je dois dire que je mange tellement à ma faim dans la journée que mon habitude le soir s’estompe. WOW c’était pas plus compliqué que ça!!!!!!!

Zéro pesée, pas besoin d’écrire tout ce que je mange, pas besoin de compter, pas besoin de passer ma journée avec en tête où j’en suis rendu avec mes pains et autres. La liberté quoi? Ce matin à ma grande surprise et avec 25 livres en moins, je n’ai jamais connu une phase « de dents serrées » , de culpabilité, de down ou d’agressivité envers les grands « connaisseurs » qui boivent de l,eau ou qui mangent du céleri.

ENFAIM Merci pour cette belle découverte et je vous souhaite à vous aussi, de trouver la bête noire qui vous a causé cette prise de poids pour que vous puissiez la déjouer une fois pour toute.

Diane Milette

11-06-2019